Archive | août, 2016

Ride Eternal, Shiny and Chrome

28 Août

J’ai rencontré un warboy un jour.

Pour tes 30 ans, you will ride eternal, shiny and chrome.

warboy-live-again_blog

 

Happy birthday and let’s ride together historic on the fury road 🙂

Publicités

Les fesses (presque) à l’air

21 Août

J’ai abandonné toute tentative de garder un semblant de régularité sur ce blog…

 

Ceci étant dit, c’est l’été.

Il semblerait que l’été soit bien arrivé, et ses vêtements associés aussi. Et je me suis posé une question.
A la lecture de l’article, il va sans dire que je vais surement me ramasser nombres de féministes en tout genre, et autres défenseur de la liberté à tout prix, que ce soit d’expression ou d’habillement, à la gueule. Mais je me suis quand même posé la question.

Alors que la “merveilleuse“ polémique du burkini fait rage, je me suis demandé à quel moment un vêtement n’est-il plus adapté à la rue, à la vie de tous les jours, au travail ? Pour autant que ça soit possible…

Le mini short.

fesses-en-pied

Cette minuscule pièce de vêtement, souvent faite soi-même à partir d’un vieux jeans, qui moule les fessiers à la perfection et qui ne laisse à l’imagination que la couleur de la peau d’en dessous et l’éventuelle marque de bronzage d’un costume de bain ou d’un string, tellement on peut y deviner les formes qu’il cache à peine.
A partir de quel moment un vêtement n’est-il plus adapté à la rue, au travail ?
Est-il possible qu’un vêtement soit trop court, n’ait pas assez de cm2, pour certaines situations ?

Dans l’absolu, je suis pour la liberté de porter ce que l’on veut. Et puis il faut bien l’avouer, quand c’est bien porté, le mini-short, c’est plutôt très agréable à l’oeil, et très sexy.
Je ne suis pas en train de dire que certaines femmes auraient plus le droit d’en porter, quand d’autres devraient l’éviter. Mais je crois surtout à une certaine retenue, une sorte de self-control sur sa manière d’être, de s’habiller, de se présenter, suivant le lieu et l’activité que l’on va faire. Je me verrais assez mal aller à un entretien d’embauche en vieux marcel, ourlet déchiré façon usé, avec une paire de birkenstock au pied… Tout comme ce serait assez déplacé, à part pour Michaël Youn, d’aller à la laverie et mettre tous ses habits dans le lave linge et de se retrouver à poil, tout en demandant l’addition avec un café à l’éboueur qui passait par là…

 

Je me suis posé la question. Est-ce qu’un mini-short peut être trop court ? Est-ce que le fait de voir le pli du début des fesses est normal, même quand la personne se tient debout ?
Aurait-on le droit de penser que sur le lieu de travail un pareil vêtement peut-être déplacé ? Ou suis-je simplement devenu trop vieux et ringard au niveau de l’habillement ? C’est une possibilité que je n’exclu pas. :b

fesses-assis

Et puis je me suis posé la question du confort. Assise, c’est tellement court, que pas un bout du short n’est entre la chaise et ses, aussi magnifiques soient-elles, fesses. Elle serait nue que ça ne changerait rien.

 

Bien sûr on peut, à priori, et encore ça dépend énormément de où l’on habite, porter ce que l’on veut. Là n’est pas mon questionnement. Mais est-ce que le port de ce genre d’habit est nécessaire ? Doit-on porter des vêtements à la limite de l’indécence si on peut, si on en a le droit ?

Je me suis demandé pourquoi ça m’avait marqué. Car oui ça m’a marqué, sinon je n’en ferais pas une note. Et franchement, j’en sais trop rien. Est-ce que ça m’a choqué ? Je ne pense pas. Est-ce que ça m’a déconcentré ? Probablement un peu, mais plus parce que j’ai du penser à cet article toute la journée, que par la vision de ses fesses apparentes. C’était plutôt sexy, bien porté, pas vulgaire, sur elle. Mais là, on entre encore dans un autre débat. L’âge de la personne, la culture dans laquelle on est, les personnes qui assistent à ça, autant de paramètres qui vont changer le degré de vulgarité…
Je crois simplement que j’ai trouvé ça déplacé dans un contexte de travail. Dans un contexte de travail où elle pourrait avoir un contact avec la clientèle. Pourquoi vous me demanderez, si ce n’était ni vulgaire ni déconcentrant. Grande question. Mais je crois surtout qu’on en revient à la question de nécessité et d’auto-contrôle.

 

Et vous, vous en pensez quoi ?

 

fesses-dos

 

PS : le leggins n’est pas un pantalon. Le sujet n’entre pas en matière, car il n’y a pas débat.

 

Transports publics, fléau du coeur

10 Août

A vous les femmes dans le train.

A vous les femmes dans le train, dans les transports publics ou dans la rue.
A vous à qui j’essaie d’attraper un regard, un sourire.
A vous les femmes que je croise, sans jamais vous revoir.

A toi, inconnue du train Lausanne-Fribourg.

Je vous aime.

Je vous aime le temps d’un sourire volé. Le temps de se croiser dans la rue, sans que vous ne me regardiez. Le temps d’un trajet en train, à vous dessiner et espérer un échange de regard. Le temps d’une nuit, torride ou pas. Le temps de recommencer, au risque de s’attacher. Le temps d’une relation, le coeur béant. Le temps d’une vie, à se perdre et se retrouver.

A vous toutes que je rencontre, sans jamais vous parler, à vous à qui je ne parlerai jamais. A vous qui me faites fantasmer, l’espace d’un instant.

Une seconde suffit, et la magie s’opère. Celle d’après, vous n’êtes déjà plus. Et pourtant je vous aurais aimé.

A vous les femmes de la vie, les femmes de ma vie.

Je vous aime.

Merci.

rousse-train-laus-frib