Archive | Politisch RSS feed for this section

23 Octobre

16 Oct

Bonsoir Suissesses, Bonsoir Suisses.

Permettez-moi tout d’abord de vous présenter mes excuses pour vous prendre quelques minutes de votre temps précieux. J’aime, comme beaucoup d’entre vous, le confort du train-train quotidien, le sentiment de sécurité et la tranquillité que procure ce qui est familier et répétitif. Je les apprécie, comme tout à chacun.

Mais dans cet esprit de commémoration qui prévoit que les évènements importants du passé, habituellement associés à la mort d’un individu, ou à la fin de quelque horrible bataille sanguinaire, soit célébré par de sympathiques congés, j’ai pensé que nous pourrions célébrer ce dimanche 23 Octobre, jour hélas très proche, en consacrant un court instant de notre vie quotidienne à nous asseoir et à voter.

Il existe bien sûr des personnes qui ne veulent pas que nous votions comme bon nous semble. Je sais qu’il y a eu jusqu’à présent des ordres aboyé dans des téléphones et que des hommes ont placardé partout dans le pays d’immondes propagandes. Pourquoi ? Parce que même si l’on peut substituer la matraque à la conversation, les mots conserveront toujours leur pouvoir. Les mots sont le support de la compréhension et pour ceux qui les écouteront, l’énonciation de la vérité. Et la vérité c’est que quelque chose va très mal dans ce pays, n’est ce pas ?

Immigration et étrangers. Intolérance et oppression. Propagande et mensonges. Et là où, auparavant, vous aviez la liberté de vote, de faire des objections, de parler comme bon vous semblait, vous avez maintenant des affiches, des systèmes de propagande vous contraignants à la conformité, sollicitant votre docilité de vote et influençant vos décisions.

Qu’est-ce qui va arriver ? Qui sera à blâmer ? Bien sûr, il y a ceux qui sont plus responsables que les autres et qui devront en rendre compte mais… Encore dans un souci de vérité, si vous cherchez un coupable, regardez simplement dans un miroir.

Je sais pourquoi vous voulez le faire. Je sais que vous avez peur. Qui pourrait se vanter du contraire ! Immigration, terreur, violence. Une myriade de faux problèmes et de propagande bien rodée qui contribue à perturber votre jugement et vous prive de votre bon sens. La peur a pris ce qu’il y a de meilleur en vous. Et dans votre panique vous vous tournez vers l’UDC et Christophe Blocher, et si nous ne faisons rien, bientôt le seul parti de Suisse.

Il vous ont promis de l’ordre, il vous ont promis moins de violence. Tout ce qu’ils demandent en échange, c’est votre consentement silencieux et docile. Le 23 Octobre, je chercherai à mettre fin à ce silence ! Le 23 Octobre, je ne voterai pas UDC pour rendre la mémoire à ce pays, pour le rendre libre.

Dans une semaine, un groupe de citoyen veulent ancrer à jamais le 23 Octobre dans nos mémoires comme défaite totale de ce parti. Ils espèrent rappeler aux Suisses et Suissesses qu’impartialité, justice et liberté sont plus que des mots, ce sont des principes. Alors si vous n’avez rien vu, si vous ignorez toujours les crimes de ce parti, je vous suggère de voter UDC le 23 Octobre.

Mais si vous voyez ce que je vois, si vous ressentez ce que je ressens, si vous désirez ce que je désire, alors rangez vous à mes côtés dans une semaine à compter d’aujourd’hui devant les urnes Fédérale, et ensemble, nous leurs offrirons un 23 Octobre gravé à jamais dans leur mémoire !!

Publicités

J’ai envie de vomir.

24 Sep

Aujourd’hui (vendredi) je suis rentré chez moi pour le week-end. Et sur le chemin de la maison, j’ai eu une soudaine envie de vomir, accompagnée par une colère montante, venant du plus profond de mon corps. Une colère primitive, violente, puissante. Vraie.

Je venais de voir une nouvelle affiche de l’UDC.

Non, non, non NON NON NON !

Dans quel monde vit-on ? Ou devrais-je dire: dans quel pays vit-on ? Un bien beau pays, la Suisse. Oui. Beaux paysages, des vallées, des montagnes. Un air pur. Où nous vivons en hommes libres. Un pays démocratique ! Attendez une seconde. Vraiment ? Vous en êtes sur ? Et si je vous disais maintenant, que si vous ne votiez pas pour une certaine personne, ou un certain groupe de personne, qui vous aurait préalablement été imposé, on vous retirait votre passeport et votre carte d’identité. Et bien sur, on prendrait bien soin d’effacer toute trace de document officiel qui stipule que vous êtes suisse. Vous le prendriez comment ? J’imagine comme tout bon suisse moyen: avec un sourire légèrement forcé en disant nonchalamment un vague « oh! on est pas tant à plaindre que ça en Suisse. Y a pire ailleurs. » Et puis on s’en accommoderait finalement très bien, et la semaine suivante, après un bon tennis ou une séance de yoga, on aurait déjà oublié cet incident mineur parce qu’il faut mener la petite à l’école, en SUV4x4 bien sur.

Oui, peut-être. Y a pire ailleurs. Surement même. La seule différence ailleurs, c’est qu’ils mettent vraiment à exécution ce genre de phrase. Ici, y a même pas besoin. Le simple fait de dire pour qui les suisses et suissesses doivent voter et de le placarder partout dans les rues du pays ça marche. Les gens votent, et ils sont élu. Par propagande. Mensongère.

Comment peut-on même imaginer écrire quelque chose comme ça. Comment est-il même possible, vis-à-vis de la loi, d’écrire quelque chose comme ça ? Où est la faille dans le système ? Comment peut-on affirmer partout en Suisse, dans les 4 langues nationales que: Les Suisses votent UDC ? « Schweizer wählen SVP ». Est-ce même constitutionnel ? Il aurait fallut très peu pour que cela soit acceptable. Une lettre en fait. Oui. Changez le « L » pour un « D » et tout rentre dans l’ordre. Je ne suis pas nationaliste, non. Mais je crois être patriote. Et quoi qu’en dise certain, il y a pour moi une grande différence. J’aime mon pays. Mais quand je lis ce genre de chose, tout se chamboule. Suis-je vraiment suisse ? Est-ce que j’appartiens vraiment à cet ensemble ? Suis-je à la bonne place ? Si je ne suis pas suisse, qui suis-je ? Citoyen du monde, ça sonne bien. Mais ce passeport n’existe pas encore, malheureusement. Haaa oui !, je suis Berlinois/Lucernois aussi, j’avais oublié, merci Kennedy.

J’ai envie de vomir.

Alors je me demande: où se trouve la démocratie en Suisse si nous votons pour l’UDC ? Dois-je comprendre que plus tard, nos votes ne seront plus anonyme? Et si par hasard je ne votais pas bien comme il le faut, alors on me prendrait mon passeport ? Ne serais-je alors plus suisse ? Étranger dans le seul pays que j’ai connu?

Les moutons ont choqué. Les minarets ont fait parler de la Suisse dans toute l’Europe, et au delà. D’autres pays les ont copiées. Les armes et portraits de « voyous étrangers » ont dérangé. Aucune n’était acceptable. Et ils vont encore plus loin. Si toutes ces affiches et campagnes précédentes étaient scandaleuses, elles étaient tout de même reposée sur des faits et une argumentation. Alors attention, loin de moi l’idée de les défendre. Mais il y avait effectivement à chaque fois matière à discuter. Mais là. Je trouve cette affiche bien plus violente que toute les autres, bien plus dérangeante, répugnante, scandaleuse. Alors oui, c’est très certainement parce que ça me touche directement. Parce que ça atteint mes croyances, ma maigre liberté. On ne me laisse plus le choix. Je vis dans une dictature. Environ un tiers des suisses votent effectivement pour l’UDC. Ce qui veut dire qu’après ces élections la Suisse passerait instantanément de 6 à 2mio de ressortissants. Et devrait donc engager instantanément 3 fois plus d’étrangers ! Et par le même coup Berlin gagnerait aussi dans la foulée 4mio d’habitant. Pas mal.

Quand je vois ces affiches, je pense aux dictatures. A Hussein et son élection à 99% des votes. Est-ce là que nous allons ? Ils affirment « les suisses » alors que seulement un tiers vote réellement pour eux. Cette campagne, en plus d’être scandaleuse, est mensongère, antidémocratique, dictatoriale et totalitaire.

J’ai envie de vomir.

Je n’ai pas envie de vivre dans un pareil climat. Dans ces conditions je n’ai plus envie d’être suisse. Je préfère mettre le feu à mon passeport. Bienvenue à Berlin.